Livre La guérison des relations I - Chapitre 10

J‘envisage décentraliser plus mon travail. Pour cette raison, j‘aimerais que de petits groupes locaux se forment dans chaque ville, des groupes qui permettront aux membres de travailler ensemble et d‘évoluer indépendamment de guides spirituels ou de guérisseurs. Tout en procurant un accueil de soutien à ceux qui on reconnu le bien que l‘échange authentique et un groupe qui nous écoute sincèrement puisse faire, les «Groupes Locaux» pourront également faire fonction de centres d‘information, de points de contact et de centres d‘accueil. Phrase clé: «Se régler en groupe»

Le plus de groupes se formeront, le mieux. Le nombre de groupes par ville n‘est donc pas restraint!

Un «Groupe Local» se déroule selon une structure fixe dont l‘application peut, dans un premier temps, faire monter l‘énergie parmi les membres du groupe. Ceci évoquera dans un second temps que nos systèmes nerveux entrent plus en contact pour ensuite se détendre.

La participation au groupe exige d‘un membre une ouverture d‘esprit à la communication authentique. Il doit se communiquer honnêtement et se mettre entièrement à l‘écoute des autres. Disons en résumé qu‘avec cette structure, un groupe puisse directement mettre en pratique le
contenu de ce livre.

L‘arrière-plan: en tant qu‘humains, nous disposons effectivement de toutes les ressources naturelles nécessaires pour pouvoir nous soutenir les uns les autres, pour pouvoir nous régler entre nous et nous guérir. Pourquoi donc n‘associer les pouvoirs curatifs qu‘aux professionnels – thérapeutes et guérissuers – dont il n‘y en a, admettons-le, de toute façon pas assez pour pouvoir guérir tout le monde.

La structure pour le «Groupe Local» est en fait très simple – je la transmettrais en détail ci-après. Elle m‘a été remise par le monde spirituel et je l‘ai «reçue» suite à ma méditation et à de longues prières.

Plusieurs qualités particulières la caractérisent. Elle fonctionne de façon entièrement autonome et décentrale avec ni autorité adminstrative, ni financier ou guide à ses origines. Une fois établie, elle ne peut plus être détruite. Puis, cette structure peut être répliquée par chaque membre qui, à son tour, décide de proposer un «Groupe Local». Disons qu‘elle est donc également reproductive en elle même.

 

La structure du groupe

  1. Chaque membre est invité à parler de soi pendant plus ou moins 10 minutes – une spécification de temps flexible, qui dépend du nombre des participants. Il s‘agit de partager avec le groupe ses pensées, ses émotions et les sensations corporelles actuellement présentes. Respectez vos propres limites et n‘hésitez pas à les communiquer. Si à un moment donné, vous ressentiez p.ex. que vous n‘aimeriez pas en dire plus, exprimez-le!
  2. Les autres membres du groupe adressent leur entière attention à la personne qui parle et se tiennent à 100% à son écoute. Ce point est absolument décicif pour la réussite du processus!
  3. Le coordinateur, à son tour, veille à ce que l‘attentivité du groupe reste avec le locuteur et à ce que personne n‘intervienne. Autrement, il participe au groupe comme tout le monde et dispose du même laps de temps pour se communiquer.

Une partie de ta mission en tant que coordinateur d‘un «Groupe Local» consiste à encourager les membres de ton groupe sur leur chemin personnel, bien sûr. Mais rappelles-toi qu‘en somme, tu as plus avoir à des „futurs coordinateurs“ qu‘à des participants. Je te conseillerais donc d‘encourager tes invités dès le début à aller plus loin.

Tu n‘a pas ou peu d‘expérience en tant que coordinateur de groupe? Même sans avoir de formation professionelle thérapeutique ou médicale, tu peux immédiatement devenir actif. Essayes d‘abord dans un cadre privé – avec ton partenaire ou un ami p.ex., puis demandes à quelqu‘un d‘autre de vous joindre…Une fois que tu auras gagné un peu d‘expérience et que tu seras à l‘aise, tu pourras proposer au public de venir. Peut-être que quelqu‘un parmi vous aimerais coordonner le groupe? A ce point, je vous propose de vous inscrire sur la vue d‘ensemble des „Groupes Locaux“ sur mon site internet. Prends soin de ne jamais trop exiger de toi-même ou de quelqu‘un d‘autre!

Il y a une seule chose que j‘exige strictement pour la réalisation d‘un groupe – c‘est que la structure telle que je l‘ai décrite soit réalisée et tenue. En ce qui concerne l‘organisation et le conception du groupe, je me tiens à l‘écart – à vous de décider en détail ce que vous voulez faire et comment vous voulez agir, si vous aimeriez p.ex. charger de l‘argent ou pas etc.

L‘objectif serait de créer un groupe qui arrive à se régler lui-même sans coordination extérieure et qu‘ensemble, on approche un état méditatif. Il faudra un peu de patience pour y parvenir. Les systèmes nerveux se calmeront d‘abord peu à peu, puis une conscience commune s‘établiera naturellement. C‘est à ce point-là également, que les rôles en tant que membre ou coordinateur commenceront à se dissoudre et qu‘on y attachera de moins en moins d‘importance.

En cas ou tu proposais un «Groupe Local» sans être médecin ou psychothérapeute, je te prie de t‘assurer que le cadre legal pour ton pays pour ce genre d‘offre soit respecté. Cela crée une stablilité intérieure.

Une vue d‘ensemble sur tous les groupes locaux qui sont actuellement en cours se trouve sur mon site internet (voir appendice!). Si tu veux également y apparaître, envois-moi un mail et je t‘inscrirais sur la carte.

Les réactions que je reçois concernant le succès des «Groupes Locaux» sont foudroyantes – aussi bien du côté des coordinateurs que celui de membres. Il ne me reste donc qu‘à le répéter et d‘annoncer à tout le monde que «ça marche»!
La structure qui s‘était d‘abord répandue à travers l‘Allemagne a, depuis quelque temp,s commencé à s‘établir également en dehors du pays. J‘espère qu‘elle sera bientôt disponible dans le monde entier.

 

 

10.1. Groupes Locaux – FAQ

Q: Sous quel nom dois-je/puis-je présenter le groupe?
R: J‘aimerais qu‘on l‘appelle «Groupe Local» ou bien «Groupe Local selon Gopal». Ces titres transmettent un sentiment de sécurité. Ils ont de plus une valeur de reconnaissance pour les personnes intéressées.

Q: Pourquoi est-ce que tu insistes à ce que la structure soit précisément respectée?
R: Disons que la structure telle que je l‘ai décrite remplace l‘enseignant ou un thérapeute! Son application crée les conditions idéales pour un échange verbal authentique et une nouvelle forme de recontre plus profonde entre humains. Cette structure est capable d‘apporter du réconfort et d‘établir un sentiment de sécurité parmi les membres d‘un groupe ce qui en conséquence, rend difficile à l‘égo d‘intervenir. Et finalement, elle peut stabiliser le processus en soi et sert d‘orientation.

Q: Et si le coordinateur d‘un groupe n‘en tenait pas à la structure – que faire?
R: Faites le lui remarquer – il se peut très bien qu‘il agisse inconsciemment. En cas ou il changeait consciemment la structure du «Groupe Local» tel que je la décris, je vous prie de m‘informer et de m‘envoyer un mail pour pouvoir retirer son nom de la carte et de mon site internet. J‘aimerais également être informé en cas où quelqu‘un déclarerait ce groupe comme sa propre création, qu‘il en change le nom ou qu‘il en crée un mélange de méthodes thérapeutiques. Un coordinateur intègre ne cachera pas que ce qu‘il propose revient à Gopal. Il mentionnera mon adresse internet et distribuera la fiche informative sur les Groupes Locaux pour être transparent. Ces conditions ne sont d‘ailleurs ni liés à un «copyright» ni ont-ils avoir avec mon «égo». Il s‘agit simplement d‘offrir aux participants un maximum de transparence, de sécurité et d‘orientation. Cette structure m‘a exactement été transmise comme je la décris. Il s‘agit d‘un «cadeau» du monde
spirituel et c‘est exactement ainsi qu‘elle doit être executée.

Q: Nous aimerions approfondir des sujets qui ont été abordés au cours de la réunion. Est-ce possible d‘en parler ensuite en dehors des rencontres?
R: Il serait préférable que tous les sujets restent au sein du groupe et que le contenu d‘une session ne soit pas «retroussé» ensuite au café ou autrepart. Une réunion pourrait par contre être suivie d‘une demi-heure de danse commune accompagnée de musique ou de 30 à 60 minutes de méditation en silence avant que tout le monde se rende directement chez soi.

Q: Au lieu de parler de ses émotions et de sa situation présente, un participant a tendence à se perdre dans des détails intellectuels. Est-ce que je dois le lui signaler?
R: Oui, définitivement. Quelques simples questions telles que «et maintenant, que ressens-tu?» ou «comment vas-tu?» seront utiles et l‘aideront à retourner au moment présent sans que le processus même soit intérrompu.

Q: A quel intervalle de temps les rencontres devraient-elles avoir lieu, qu‘est-ce que tu conseilles? Devons-nous nous réunir une fois par semaine ou mensuellement?
R: Je ne donnerais pas d‘instructions sur ce point là. Je pense plutôt que ce règlement dépend des membres d‘un groupe. Je conseillerais donc à chaque groupe de trouver son propre rhythme et son propre règlement.

Q: A quel point est-ce nécessaire de respecter le minutage? Est-ce qu‘on doit exactement s‘en tenir aux 10 minutes?
R: Non, pas forcément. Il s‘agit simplement d‘une recommendation approximative, donc, flexible. S‘il se trouve qu‘une personne aimerait simplement jouire de l‘attention du groupe en silence, c‘est tout à fait d‘accord!
Si au bout d‘un certain temps et avant l‘écoulement des 10 minutes, une personne cesserait de parler et qu‘elle n‘aimerait pas continuer, passez à la personne suivante! Le fait de sentir l‘attention de tout un groupe sur soi bien qu‘il n‘y ait plus de communication peut être désagréable. Demandez à la personne et reglez-le individuellement selon ces principes.

Q: Est-ce que je peux proposer un Groupe Local bien qu‘il y en ait déjà un dans ma ville ou dans mon village?
R: Définitivement, oui! En fait, il ne peut pas y en avoir assez, qu‘il y en ait 10 ou 1000. Comme les différents groupes n‘entreront pas en concurrence, il ne peut y avoir que des gagnants! Un groupe consiste d‘au moins deux personnes- disons, un couple ;-) On peut également participer à plusieurs groupes ou en proposer plusieurs si on veut!

Q: Supposons que quelqu‘un aimerait participer à un Groupe Local, mais qu‘il n‘y en ait pas encore dans ses allentours. Peut-il se faire enregistrer à l‘avance sur la carte de ton site à la recherche d‘un coordinateur ou d‘un lieu convenable pour un nouveau groupe?
R: Oui, absolument! Cela permettra à d‘autres intéressées de le contacter ou d‘établir des connections dans la région. Un coordinateur et un lieu convenable pour le groupe se trouveront tôt ou tard!

Q: J‘ai communiqué mes pensées, mes émotions, les autres m‘ont écouté, pourtant, je ressens un vide à l‘intérieur de moi-même…
R: Dans de nombreux cas, ce «vide» a été causé par un trouble de l‘attachement vécu pendant la petite enfance. C‘est à la suite d‘un manque de connection important à l‘époque que ce sentiment se reproduit alors aujourd‘hui. Pour devenir conscients de nous-mêmes, nous devons d‘abord créer une séparation des autres auparavant. Je te conseilles d‘examiner cette situation actuelle en vérifiant d‘abord, si le groupe aurait véritablement été «absent» pendant que tu parlais. Est-ce qu‘il aurait été distrait par d‘autres pensées ou d‘autres émotions? Dans ce cas, le groupe n‘aurait, effectivement, pas pu t‘écouter. En cas ou le groupe aurait bien été attentif et preśent pendant ta communication,
continues à vérifier si tu t‘aurais peut-être séparé des autres inconsciemment. Est-ce que cela t‘aurait peut-être empêché de te rendre compte de l‘attention du groupe?
Essayes alors la prochaine fois de te rappeler de la présence des autres en parlant. Vous avez tous l‘autorisation d‘exister – et d‘exister simultanément! Un sentiment d‘«absence» de l‘autre, donc, un «vide» indiquerait plutôt une expérience sous-jacente de séparation. Un sentiment d‘«innondation» et d‘«absence» de soi-même ferait plutôt preuve qu‘une identification exagérée avec une autre personne aurait eu lieu.

Q: Bien que je me sois inscrit sur la vue d‘ensemble sur ton site internet, on ne m‘a jusqu‘ici pas encore contacté.
R: La demande pour ce genre d‘offre est énorme. Je soupçonne donc que ton «courant d‘énergie» ne soit pas tout à fait établi. J‘ai enregistré un clip vidéo à ce sujet en allemand que vous trouverez sur ma chaîne youtube, voici le lien vers le clip. Il sera disponible en langue anglaise d‘ici peu.

Q: Est-ce que nous pouvons modifier la structure du groupe en faisant suivre plusieurs tours à la fois avec des petites pauses entre ceux-ci?
R: Non, là, je dois mettre mon véto. Pour les raisons suivantes, je vous prie de ne pas le faire. Il est un fait que le moment présent représente notre seule véritable réalité. Soit nous y vivons ou nous n‘y vivons pas encore. On ne peut en somme remettre aucune chose à plus tard, la diviser ou la répartir. Faire suivre plusieurs tours à la fois dans ce contexte donnerait à l‘intellect la chance de tricher et de retenir des sujets importants. On l‘empêcherait de totalement se livrer au moment présent et il agirait plutôt selon le principe «pourquoi donc en parler maintenant s‘il me reste encore toute une soirée à aborder ce sujet?» Si tu reçevais trop de suggestions ·«comment ameillorer la structure», fais penser à mon instruction que je répète encore ici: la structure doit strictement être respectée!

Q: Est ce que les Groupes Locaux se déroulent en groupes fixes et «fermés», sont-ils donc réservés à un certain nombre de participants qui se regroupent régulièrement ou sont-ils également ouverts aux intéressés spontanés et ceux qui n‘aimeraient venir que de temps en temps?
R: Sur ce point, je ne donne pas de directives. Tu peux choisir librement et offrir les deux si tu veux! Un groupe «fermé» avec des rendez-vous contraignants est certainement une forme plus «intime». Elle offre aux participants une ambiance familiaire dans laquelle on se confie et s‘engage plus facilement. Possible, que les membres d‘un groupe choisissent eux-mêmes cette forme de réunion pour cette raison! Mais pourquoi pas proposer les deux? Un groupe «ouvert» pour ceux qui aimeraient connaître le principe sans d‘abord devoir s‘engager. Puis un second groupe fermé ceux qui décident d‘aller plus loin.

Q: Je n‘aimerais pas ou plus qu‘une certaine personne participe à mon groupe – que faire?
R: Voici une chose importante à rappeler ;-) : c‘est TON groupe à toi – à toi donc d‘agir et de décider selon tes préférences. Quant aux membres de ton groupe, tu n‘est lié à aucune obligation, ni de mon côté ni du côté juridique ou d‘un autre.
Il s‘agit simplement de jouir ensemble de l‘évolution spirituelle et de devenir de plus en plus conscients. Si tu ne te sents pas à l‘aise avec une personne, tu as toujours la possibilité de l‘exprimer. Tout en parlant respectueusement et sans même donner de raison, tu peux le dire ou
écrire quelques lignes comme p.ex. «désolé, mais pour des raisons que je n‘aimerais pas mentionner ici, je n‘aimerais pas que tu participes à notre groupe. Je te prie de t‘adresser à un autre groupe ou de choisir une offre différente.»

Q: Est-ce que la personne qui parle devant le groupe doit parler les yeux ouverts ou les yeux fermés?
R: Laissez les yeux ouverts si possible – aussi bien en parlant qu‘en écoutant: il s‘agit d‘entrer en relation avec des personnes qui se trouvent «en dehors» de soi-même! En cas où quelqu‘un ne se sentirait pas à l‘aise face à un groupe, il peut bien sûr regarder ailleurs, disons, par la fenêtre, mais les yeux ouverts!

Q: Est-ce que je peux proposer un groupe virtuel comme p.ex. sur skype?
R: Je n‘approuve pas les groupes virtuels et je n‘aimerais pas que ceux-ci soient associés avec mon nom ou soient nommés «Groupes Locaux» pour la raison suivante: Le contact et l‘échange physique sont essentiels pour notre système nerveux. Ce projet a justement été crée pour redécouvrir le bien-être que le contact «réel» entre humains peut nous apporter. Ce genre d‘échange exige un cadre protégé et ne déploiera définitivement pas son effet sur l‘internet!

Q: Est-ce que les coordinateurs peuvent se mettre en réseau sur l‘internet?
R: En aucun cas, non. Cela risquerait de perturber le processus entier. L‘intellect a toujours tendence à vouloir échapper les rencontres directes et réelles, à communiquer authentiquement. Un coordinateur de groupe éprouvant le besoin de se réunir virtuellement fait actuellement preuve de ne pas partager certaines choses avec son groupe. En créant de ce genre de «scène secondaire» on déchargera peut-être un peu de pression au début et se sentira un peu soulagé. Mais à la longue, une connection virtuelle entre les coordinateurs causerait une séparation invisible entre coordinateurs et membres qu‘on renforcerait avec chaque réunion. L‘énergie qui devrait normalement être
disponible pour le groupe passera «à côté». Le résulat: au bout d‘un certain temps, le tout n‘aurait plus rien avoir avec mon projet en soi. Comment donc résoudre le problème? Tous les sujets concernant le groupe doivent directement être communiqués au sein du groupe. Adressez-vous directement au groupe avec tout ce qui vous préoccupe et ce que vous aimeriez communiquer sur l‘internet. Essayez également d‘attacher moins d‘importance aux «rôles», c‘est à dire de membre ou de coordinateur. et essayez de vous attacher de moins en moins aux «rôles» de coordinateur ou de membre. Ce n‘est qu‘ainsi qu‘une réelle transformation se réalisera.

Q: Admettons que tout à coup durant une séance, je ressente une haine ou un désir sexuel intense envers une autre personne – comment réagir?
R: Voilà de quoi il s‘agit au fond! Que nous commencons enfin à communiquer ce que nous sommes habitués à suppresser ou nier les plus! Ce sont justement ces sentiments intenses qui forment le centre de nos expériences puisqu‘ils émanent de notre base biologique. Il s‘agit là sans exeption de sujets concernant notre reproduction ou notre sécurité. Il s‘agit pourtant de les aborder avec précaution, consciemment tout en respectant nos propres limites. Ne te soucie pas de la personne à laquelle tu t‘adresses – c‘est à lui ou à elle d‘y faire face! Mais c‘est en partagant tes sentiments d‘un point de vue neutre sans élever ta voix ou sans commencer à «raconter des histoires» qu‘on commencera automatiquement à se sentir plus proche de toi. Et c‘est ainsi que les polarités commenceront à se dissoudre.

Q: Comment agir, quand une personne souffre de troubles psychiques massifs?
R: Penses à ne réunir autour de toi que des personnes avec lesquelles tu te sentes tout à fait à l‘aise. Tu apparais en tant qu‘organisateur d‘un groupe d‘entraide dont tu aimerais toi-même profiter en y confiant les sujets qui te préoccupent. Comme il ne s‘agit donc pas d‘une offre thérapeutique ou médicale, personne ne peut exiger de toi des compétences psychothérapeutiques ou médicales. Fixes un rendez-vous personnel avant d‘accepter une personne dans ton groupe si tu veux. Rassures-toi qu‘elle soit, généralement parlé, en bonne santé psychique et demande-lui de le signer. Et finalement, tu es toujours libre d‘exclure une personne de ton groupe sans indiquer de raison quand cela t‘apparait nécessaire.

Q: Un ou plusieurs participants du groupe se conduisent mal, ne s‘en tiennent pas aux règles ou aux accords. Que faire?
R: En tant que coordinateur, tu dois avant tout te sentir à l‘aise parmi les membres de ton groupe. Tu es libre d‘inviter ou d‘exclure qui tu veux quand tu le veux. N‘oublions pas, bien sûr, que chaque participant vient aux réunions avec des sujets personnels qui, tout au long du processus, seront activés et voudront être communiqués. Mais c‘est quand certains comportements commencent à perturber le processus d‘une façon inacceptable– disons qu‘un membre se lève et qu‘il quitte le groupe après avoir parlé – que tu peux imposer des limites et l‘exclure. Prie-le de quitter le groupe. Mieux encore: fixes un rendez-vous avant d‘accepter une personne dans ton groupe pour t‘assurer à
l‘avance. Un nouveau membre devrait p. ex. du moins avoir lû en détail la fîche d‘information et avoir regardé le premier clip vidéo sur les «Groupes Locaux». Voici le lien vers le youtube anglais no1 et vers la fîche d‘information allemande. La fîche d‘information sera disponible en langue anglaise et en langue française d‘ici peu.

Q: Est-ce qu‘il est forcément nécessaire d‘utiliser le «Symbole G» lors de réunions ou en général?
R: Le «G» n‘est qu‘un objet auxiliaire qui facilite notre interconnection. Son utilisation est facultative. Je dirais que ce symbole est la «version abrégée» de ce livre!

Q: Est-ce que le groupe doit avoir lieu dans un cadre «neutre» – une salle de séminaire, un cabinet de thérapie – ou pouvons nous également nous rencontrer dans un lieu privé, disons, ma salle de séjour?
R: En principe, je n‘ai rien contre que les réunions aient lieu dans un endroit privé. Pour de différentes raisons d‘ailleurs, un lieu «neutre» qui permet d‘exclure la vie privée pour un certain temps, serait beaucoup plus favorable. En cas ou tu choisissais un lieu privé, je te conseille de bien prendre soin de toi-même. Veilles à ce que tu te sentes à l‘aise et en sécurité avec ceux que tu invites. Fixes peut-être un premier rendez-vous en dehors du lieu avec certaines personnes avant de les inviter. C‘est au bout d‘un certain temps que tu verras toi-même quel cadre te convient le plus ou si tu préférerais éventuellement louer une salle de séminaire.

Q: Admettons qu‘au courant d‘une séance, la personne se trouvant au centre de l‘attention s‘adresse à un membre du groupe avec une remarque comme «Quand tu me regardes, je ressens…». Est-ce que le membre peut y réagir d‘une façon non-verbale, avec par exemple un sourire, pour calmer la personne ou pour se calmer soi-même?
R: Disons que je n‘«interdirais» pas ce genre d‘interaction. Je préférerais pourtant de loin que le groupe reste attentif pendant la séance sans interagir.

Q: Comment est-ce que je peux encourager les membres de mon groupe à eux-mêmes devenir coordinateurs?
R: Remets leur de temps en temps la conduite pour pouvoir faire quelques premières expériences. Ils prendront peut-être même plaisir à le faire ou constateront du moins que «ce serait faisable» :-)

Q: Un participant voudrait uniquement assister au groupe. Autrement, il refuse consciemment de parler de lui. Comment réagir?
R: Le but de ce groupe est l‘apprentissage d‘une forme de communication sincère et authentique. Dans ce contexte, il est indispensable qu‘on apprenne à s‘exprimer soi-même et à se mettre à l‘écoute des autres tout en restant le plus ouvert possible. Un membre qui refuse l‘un ou l‘autre doit aller autre part.

Q: Comment intensifier le processus à la longue?
R: Quand vous commencez à mieux faire connaissance et vous sentir plus proches, commencez à communiquer ce que vous ressentez les uns envers les autres, disons, de la sympathie, une aversion ou des souhaits! Voilà une chose qui peut radicalement intensifier le processus. Il faut d‘ailleurs souligner que la partie cruciale du travail est assumée par les «auditeurs»! S‘ils travaillent bien, un effet maximal sera obtenu. Pour cela, leur entière attention doit continuellement rester avec la personne qui parle sans regarder ailleurs ou penser à autre chose. Gardez du moins un œil sur une partie du corps – les pieds, la partie supérieure du corps ou un bras si la concentration sur une personne causerait néanmoins un problème. De cette façon, le courant d‘énergie persistera quand même. Pour complêter mes recommandations à ce sujet, un conseil final pour ce qui est du temps: pour éviter un déclenchement de réactions opposées dans les systèmes nerveux, l‘heure ne devrait
être visible que pour le coordinateur!

 

10.2. Le „Symbole G“

J‘ai voulu un signe qui puisse symboliquement nous réunir, donc, réunir ceux qui souhaitent vivre en paix en poursuivant la voie de la communication authentique telle qu‘elle est décrite dans ce livre. Y compris ceux qui la maîtrisent et ceux qui s‘y exercent. Au bout d‘un certain temps, nous allons être en mesure de nous reconnaître par nos auras et par notre rayonnement. Mais avant d‘en arriver là, un symbole peut servir de signe de reconnaissance. Son usage facilitera également à «enraciner» le contenu de ce livre dans le monde. Ce symbole est en fait le concentré du livre, un genre de «comprimé».

Le «Symbole G» n‘a d‘ailleurs pas été dérivé du nom Gopal. Il m‘a été transmis et m‘est apparu en tant que symbole pour l‘échange sincère et la communication authentique. Le «G» est bien sûr l‘initale du mot «groupe», mais la forme de cette lettre révèle deux autres aspects importants du symbole. Si vous regardez bien, c‘est un cercle qui se renferme sur lui-même. Le cercle, pour moi, représente nos réunions en groupes et le renfermement est un symbole pour l‘introspection. Le cercle extérieur entourant le «G» indique la puissance supérieure qui nous protège. Qu ce symbole déploie son effet dans le monde entier!

LUMINOSITÉ– AMOUR– GUÉRISON – PAIX – BONHEUR